بسم الله الرحمن الرحيم

 

"Le Nectar Cacheté"

Ar-Rahiq Al-Makhtum

Biographie du Prophète Mohammed صلى الله عليه و سلم

Par Sheykh Safiy Ar-Rahman Al-Mubarakfuri

Éditions Orientica

Prix conseillé : 14 €

671 pages

le-nectar-cachete-

 

Ce livre est un livre de base que la plupart d'entre vous ont sûrement déjà lu et relu... Pour ma part, je ne l'avais jamais lu en entier car je trouvais qu'il y avait trop de noms compliqués et que je finissais par m'y perdre... J'ai donc décidé de le relire cette fois-ci, mais en entier. Même si le début est un peu difficile compte tenu des nombreux noms des différentes tribus, je vous conseille (si vous êtes comme moi) de persister et de le lire entièrement.

Ce livre est une magnifique leçon. On y voit le comportement exemplaire de notre bien aimé prophète Mohammed صلى الله عليه و سلم ainsi que des compagnons رضي الله عنه. On prend de nombreuses claques quand on voit leur comportement et même si en le lisant, on se dit qu'on aurait aimé vivre avec eux, on se rend compte qu'on aurait eu du mal à leur arriver à la cheville (et même à la hauteur du petit orteil) tant leur niveau de foi et d'excellence est impressionnant. C'est aussi à ce moment là que j'ai compris pourquoi chaytan ne voulait pas que je le lise en entier plus tôt...

Il est très difficile de vous donner quelques extraits pour vous inciter à lire ce livre car j'aimerai partager des pages entières... Bref, je vais tenter IncheAllah, de partager avec vous, aujourd'hui, des passages qui je l'espère vous convaincront de le lire...

En voici quelques extraits :

"D'après Al-Abbas Ibn Abdil Muttalib, le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit : "Allah a crée les êtres et a fait que je sois parmi les meilleurs groupes d'entre eux et le meilleur des deux clans. Puis, il choisit des tribus et a fait que j'appartienne à la meilleure d'entre elles. Puis, Il choisit des familles et me plaça dans la meilleure d'entre elles. Je suis le meilleur des êtres et je suis issu de la meilleure famille". Sahih Muslim5/554 hadith n°3607 et 3608".

"Au mois de Ramadan de cette année-là, le Prophète صلى الله عليه و سلم se rendit à la Ka'ba où étaient rassemblés de nombreux Qurayshites ainsi que quelques-uns de leurs chefs. Il se tint alors au milieu de la foule et se mit à réciter la sourate 53 An-Najm. C'était la première fois que les polythéistes écoutaient la parole d'Allah, eux qui avaient pour habitude de mettre en pratique ce qu'ils se recommandaient, à savoir : {Ne prêtez pas l'oreille à ce Coran, et faites du chahut (pendant sa récitation), afin d'avoir le dessus !} (S41 v26).
Ils furent surpris par cette récitation et les paroles divines résonnèrent dans leurs oreilles. Ils se mirent alors à les écouter avec attention jusqu'à ce que le Prophète صلى الله عليه و سلم récite le verset suivant : {Prosternez-vous donc à Allah et adorez-Le} (S53 v62).
Le Prophète صلى الله عليه و سلم se prosterna donc et les polythéistes ne purent s'empêcher de l'imiter : la vérité dans toute sa splendeur avait eu raison de l'orgueil et de l'arrogance des coeurs.
Ils furent ensuite consternés d'avoir été vaincus par la parole divine qui les avaient poussés à faire ce qu'ils combattaient d'ordinaire.
Ils s'attirèrent les foudres des autres polythéistes qui n'avaient pas assisté à la scène et inventèrent alors des mensonges, prétextant que le Prophète صلى الله عليه و سلم avait loué leurs idoles en disant : "Telles sont les superbes idoles desquelles nous espérons l'intercession !"
Et cela n'est guère étonnant de la part d'un peuple qui avait l'habitude de recourir aux mensonges et aux complots."

"Al Boukhary rapporte que Urwa Ibn Az-Zubayr a dit : "J'ai demandé à Ibn Amru ibn Al-As de me raconter la plus violente des agressions à l'encontre du Prophète صلى الله عليه و سلم dont il ait été témoin, et il me dit : "Tandis que le Prophète صلى الله عليه و سلم priait au Hijr, Uqba Ibn Abi Mu'ayt s'approcha de lui et l'étrangla avec son vêtement. Abu Bakr est alors venu l'éloigner du Prophète صلى الله عليه و سلم en disant : "Tueriez-vous un homme uniquement parce qu'il dit que son seigneur est Allah ?" Sahih el Boukhary 1/544".

"Abdullah ibn Mas'ud رضي الله عنه disait : Que celui qui veut suivre le bon exemple se conforme aux comportements des défunts, car certes les vivants ne sont pas à l'abri des tentations. Il s'agit des compagnons du Prophète صلى الله عليه و سلم qui sont les meilleurs hommes de cette communauté, les plus authentiques, ceux au coeur le plus pur, à la science la plus complète. Le Seigneur les a choisis pour être les compagnons du Prophète صلى الله عليه و سلم, soyez donc conscients de leurs mérites et suivez leurs pas, conformez-vous autant que possible à leurs caractères car ils suivaient le droit chemin."

Au sujet de l'expédition de Uhud : "Ce jour-là, Qatada reçut une flèche qui lui creva un oeil et le fit sortir de son orbite. Le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم s'empara de son oeil et le remit à sa place, après quoi il recouvrir la santé".

Lorsqu'il صلى الله عليه و سلم annonça à Hamna bint Jahsh la mort de son frère Abdullah, elle sut être patiente et implora le pardon d'ALlah en faveur de son défunt. Il lui annonça alors la mort de son oncle maternel, Hamza ibn Abdil Muttalib, sa réaction fût la même. Quand enfin, il lui annonça le décès de son époux, Mus'ab ibn Umayr, elle fondit en larmes. Le Prophète صلى الله عليه و سلم dit alors : "Le mari a certes auprès de son épouse une place exceptionnelle".

"Les serviteurs n'obtiendront les maisons préparées par Allah au Paradis que par leur patience lors des épreuves et non pas uniquement par leurs oeuvres"

"Jabir ibn Abdillah constata la faim et la faiblesse du Prophète صلى الله عليه و سلم et sacrifia un animal. Il demanda aussi à son épouse de moudre une mesure d'orge. Puis, il dit au Prophète صلى الله عليه و سلم de venir manger en compagnie de quelques compagnons. Le prophète صلى الله عليه و سلم vint, accompagné de mille compagnons qui travaillaient au fossé, et chacun put manger à sa faim sans pour autant que la quantité de viande et de pâte d'orge ne diminue" (al bukhary 2/588,589

"De retour auprès des siens, il (Urwa) dit : "J'ai vu Chosroês, César et le Négus, mais jamais je n'ai vu quelqu'un de plus vénéré par ses compagnons que ne l'est Mohammed صلى الله عليه و سلم ! Par Allah ! Ceux-ci vont jusqu'à ramasser ses crachats et s'en imprégner le visage et le corps ! Ils s'empressent de lui obéir lorsqu'il leur donne un ordre, ils recueillent l'eau de ses ablutions, ils baissent la voix pour s'adresser à lui et ils ne le fixent jamais du regard par respect."

"Lors des guerres violentes qui avaient opposé les deux camps, les musulmans ne convoitaient ni biens, ni conversions forcées, mais plutôt tentaient-ils d'obtenir pour les hommes la liberté de croyance, comme le montre ce verset : {Quiconque le veut, qu'il croit, quiconque le veut, qu'il mécroit}. S18 v 29".

"Lors de la bataille de Mu'ta : "Conformément à l'ordre du Prophète صلى الله عليه و سلم, Zayd porta l'étendard en premier et combattit avec courage jusqu'à trouver la mort, sous les coups de lance de l'ennemi. L'étendard fut aussitôt repris par Ja'far ibn Abi Talib qui, harcelé par l'ennemi, finit par tomber de son cheval. Il poursuivit le combat à terre jusqu'à avoir la main droite sectionnée. Il porta alors le drapeau de la main gauche jusqu'à ce que cette dernière soit sectionnée à son tour. Il pressa alors l'étendard contre ses avants-bras jusqu'à trouver la mort. On raconte qu'un romain lui trancha le corps d'un coup d'épée et que, pour cette raison, Allah lui accordera deux ailes au Paradis afin d'aller où il le désire, cela lui valut le nom de Ja'far qui vole ou encore Ja'far aux deux ailes".

"Lors du pélerinage d'adieu : "Une fois le discours terminé, Allah révéla le verset suivant : {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accomplis sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous} S 5 v 3.Après cette révélation Umar pleura, et le prophète صلى الله عليه و سلم lui en demanda la raison. Il répondit : "Maintenant que notre religion est parachevée, elle ne peut être qu'exposée à la diminution !"

"Le jour du décès du Prophète صلى الله عليه و سلم : "En milieu de matinée, le Prophète صلى الله عليه و سلم fit appeler sa fille Fatima et lui murmura quelque chose à l'oreille qui la fit pleurer. Puis, il l'appela à nouveau et lui murmura quelque chose à l'oreille qui la fit rire. Aicha rapporta à ce propos : "J'interrogeais Fatima à ce sujet et elle dit : "Le prophète صلى الله عليه و سلم m'a annoncé sa mort et j'ai pleuré. Puis il m'a annoncé que je serai la première de sa famille à le rejoindre et j'ai alors ri". (Al Boukhary 2/638)

"Le Messager صلى الله عليه و سلم avait également annoncé à sa fille qu'elle était la meilleure femme de l'humanité."

 

Salem aleykoum wè rahmatoullah wè baraketou